© 2019 Sybille du Hays

Works

Reconnaissances

40 plaques gravées de fer, zinc et tôle - dimensions variables

depuis 2011 (nouveaux ex-votos en cours de réalisation - 2016)

 

L’idée de départ était de détourner l’objet religieux, qu’est l’ex-voto, considéré comme sacré par sa religiosité, et de le ramener à un objet profane. J’ai commencé ce travail en 2011 et le continue encore aujourd’hui. Il s’agit d’interroger le caractère sacré de l’objet d’art et inversement, le profane de l’objet religieux.
 

L’ex-voto signifie étymologiquement “ après le vœux “ . C’est une offrande est dédiée à un saint en remerciement d’un vœu ou d’une prière exaucée.
 

Le détournement ici s’opère dans la dédicace faite à des artistes, penseurs et non à des saints. Il y a cette ironie qui sacralise l’artiste, son statut, ainsi que ces objets d’art créés. Je mêle sacré et profane.  L’artiste devient saint et l’ex-voto perd sa religiosité. C’est une interrogation ironique du statut de l’artiste et une référence à l’évolution de ce statut dans l’histoire. (De la Renaissance à la « mort de Dieu » annoncé par Nietzsche, l’artiste devient peu à peu une figure d’autorité dans la société).
 

Ce panthéon d’artistes que je sacralise est néanmoins emprunt de ferveur et d’admiration. J’ai choisi des créateurs qui ont marqué ma culture et mon travail, par leurs œuvres, leurs écrits ou leurs paroles.
 

Enfin, cette pièce aborde le caractère éphémère de la vie de l’homme. Ce travail renvoie à la question de la trace laisser par l’homme, question innée à la création et à la vie artistique. La création serait alors une réponse au caractère mortel de la vie, une possibleimmortalisation. Notre société refusant de vieillir et donc de mourir, cette interrogation parait essentielle.

Gratitudes - 40 sheets of steel and iron engraved manually or mechanically, variable sizes

2011-2012 

 

The first idea was to redirect the religious meaning of the ex-voto, considered as sacred, and to create a profane object.

 

“ Ex-voto “ means etymologically “ after the wish “. This votive offering is dedicated to a saint to thank for a wish or a prayer granted.

 

In this project ex-votos are dedicated to artists and become in this way profane. There is an ironical sense which sacralises the artist and his role becoming a saint. With this misappropriation I mixed sacralization and profanation. This is an ironic question about the status of the artist in History, since the Renaissance to the « death of God » anounced by Nietzsche, the artist becomes step by step a figure of authority in the society. This hall of fame is composed by artists who have and continue to influence my artistic education and evolution a lot with their works, writings or speech.

 

Finally this production approaches the ephemeral sense of the life. This work sends us back to the matter of the life mortalisation. The artistic creation seems here a way to leave an immortal print in memories, in history and becomes a possible immortalisation. Posing this question seems essentially in front of our society which rejects the ageing evolution.